Menu du site

 

Accueil

 
Membres
Maisons Familiales
Entre nous...
Liste de diffusion
 
 
 


 

Me contacter
  Document sans titre
     
  père : Bernard mère : Raymonde de Lacoste      
 

Antoine de Boysson

Président au Présidial de Cahors

 

vers 1607 - † 22 Mars 1663

 

 

conjoint :

1) Pierrette d'Abzac

2) Jeanne Delpech

 
 

 

Il est dit Sieur de Mazerac dans son second contrat de mariage.

Antoine est présent au mariage de ses soeurs Jeanne (1626) et Raymonde (1632).

Son père le désigne son légataire universel en 1639.

Antoine épouse Pierrette d'Abzac, par contrat du 16 novenbre 1640, avec une dot de 12000£. Le régime matrimonial était celui de le communauté réduite aux acquets.

Il semble avoir acquis sa charge de "Conseiller du Roi" président au Présidial de Cahors , vers 1643 ou 1644, lors de vacances créées par la création d'une cour des Aides à Cahors en décembre 1642. Il avait auparavant acquis le service du greffe du Présidial.

L'ensemble de ces deux charges (présidence et greffe) sera estimé à 25 000 livres lors du partage de 1665.

En secondes noces, Antoine épouse par contrat du 21 juin 1650 Jeanne Delpech, habitante de Rampoux. Le marié reçoit en dot, le boriage de Salapès, le moulin d'Agui et 5 000£ en bonnes et valables obligations. Soit un total de 14 000 livres. Il est prévu qu'un des enfants à naître, mâle de préférence, recevra le nom de Boysson et Delpech, à charge de recevoir le troisième des biens disponibles des ses père et mère, avec le troisième des charges. Il recevra, hors part, de son grand-père Delpech, le boriage de Rampoux.

C'est d'ailleurs vraisemblablement à partir de ce second mariage qu'il s'installe à Rampoux (distant de trois kilomètres de Mazérac). Il est indiqué "habitant de Rampoux" dans le contrat de mariage celui de son fils.

De 1649 à 1661, Antoine intente un long procès à Joseph de Guiscard, Seigneur de la Roquebie, pour la possession de la terre de Meuré.

Il poursuit l'exploitation de ses propriétés, pour la plupart dans la région de Villefranche Voir le détail des biens possédés en 1665 près Villefranche..

C'est à Cahors que la mort le surprendra le 22 Mars 1663. Il fût inhumé le lendemain, jeudi Saint, en l'église des Augustins (le sous-prieur des Augustins de Cahors était alors Nicolas Delpech, frère de Jeanne ).

Dans son journal, son beau-père, Marc Delpech, relate :

"le 22 mars est dédédé Maître Antoine de Boysson etc.., en sa

maison de Cahors, et laisse à lui survivants :

de son maraige avec demoiselle Pierrette d'Abzac : Monsieur

de Gramon et demoiselles Françoise et Margot de Boysson

de son deuxième mariage avec demoiselle Jeanne Delpech, cinq

enfants : Jeannot, Françoise, Marc, Bollon et Jeanneton et

laisse sa femme enceinte"

Antoine n'avait pas pu mettre à jour le testament qu'il avait rédigé le 22 mars 1655. Sa famille s'étant depuis lors augmentée de quatre enfants, beaucoup de dispositions n'étaient plus applicables. Il fallu procéder au partage. Isaac, institué légataire universel de son père, n'accepta la succession que sous bénéfice d'inventaire, puis se récusa. L'affaire fut portée devant le sénéchal de Cahors. Me Marcenac, procureur fut désigné comme arbitre, avec mission de procéder à l'estimation, division et partage des biens meubles et immeubles de la succession estimée à 75 499 £ (env. 231 000 €).

- une part demeurant indivise, destinée à couvrir le passif. Il semble que Me Jean Delors, notaire à Frayssinet-le-Gélat, ait été nommé gestionnaire de ces biens indivis pour l'ensemble des héritiers d'Antoine
- une part répertoriée, estimée et divisée. Elle a été évaluée à environ 76 000£. Après le remboursement des dots, avances et plus-value, le reliquat était de 50 500£.

Chacune de ses filles recevra 4000£ sur la succession paternelle ( et 3000 ou 4000 livres de la succession maternelle).

 

F. Auricoste, dans La Bastide de Villefranche du Périgord, relève que le terrier de Villefranche de 1669, soit six ans après le décés d'Antoine, mentionne un Boysson qui, avec un Bach, est l'homme le plus riche de la ville. Cela peut signifier qu'Antoine a eu un frère, un oncle ou un cousin resté à Villefranche.

 

 

frères et soeurs :

Jeanne

 

Françoise

Raymonde

Anne

Jeanne

Françoise

 
 

enfants : de 1° Isaac, Françoise et Marguerite; de 2° : Marc, Jean, Françoise, Isabeau, Marc, Jeanne, Jeanne