Menu du site

 

Accueil

 
Membres
Maisons Familiales
Entre nous...
Liste de diffusion
 
 
 


 

Me contacter
  Document sans titre
   
  père : Antoine de La Verrie-Vivant mère : Jeanne de Bouilhac de Bourzac    
 

Judith de La Verrie-Vivant

 

16 mars 1778 - 15 octobre 1854

 

conjoint :

Achille

 
 

 

Louise, Judith, Damaris, charlotte est la quatrième de dix enfants d'Antoine, sgr de Siorac, de Doyssac et de Villefranche-du-Périgord (1742-1798) et de Jeanne de Bouilhac de Bourzac († 1800), fille elle-même de Jean de Bouilhac, fermier général de Louis XV.

Née à Doyssac le 16 mars 1778, Judith avait été éprouvée dans sa vie familiale, ainsi que par les évènements de la Terreur. Son frère Joseph avait émigé. Elle avait été internée à l'âge de 16 ans, de décembre 93 à décembre 94, à Beaumont-du-Périgord, aux côtés de sa soeur Caroline, agée de 17 ans et de ses parents. Ces derniers, gravement malades, décédèrent à Doyssac peu après leur libération.

Jeune orpheline, elle vécut la période post-révolutionnaire avec sa soeur Caroline dans son chateau de Doyssac , près de Belvès.

Marie Moricet écrira à son égard : " Cette grand-mère était singulièrement vive. Quand la discussion s'animait trop, Achille, son mari, ouvrait la fenêtre de la salle à manger, et criait en patois [à Lafon le jardinier] "Lafoun, selle mon cheval !"; il partait pour le Mespoulet chez son vieil ami le Marquis de St Viance et y restait le temps que les choses s'apaisent. Amédée racontait l'anecdote suivante; sa mère avait une jeune cuisinière à qui il arrivait de temps à autre de casser une assiette. Lors d'un de ces facheux incidents, Judith s'empara d'une pile entière, et la jeta par terre en disant : ' En voilà au moins que tu ne casseras pas' ".

Elle épousa Achille de Boysson le 22 novembre 1801.

Un premier partage provisoire entre les héritiers d'Antoine de La Verrie intervint en 1804, concédant Doyssac à Judith et Siorac à son frère aîné Joseph.

A la suite d'un deuxième partage, en février 1818, Doyssac fut définitivement attribué à Judith et à sa soeur Fanny Gratiolet. Celle-ci sera bientôt désintéressée. Les Gratiolet demeureront pour des générations, des amis fidèles de Doyssac et des Boysson.

 

Judith mourut à Doyssac le 15 octobre 1854.

Son fils Amédée écrivit deux jours après à son cousin Cadolle :" Nous venons de rendre les derniers devoirs à ma bonne mère, qui nous a été enlevée, avant hier, au moment où nous commencions à espérer de pouvoir, long temps encore, la conserver au milieu de nous. Elle s'est éteinte à peu près sans douleur, entourée de tous les siens, sous les yeux de mon pauvre père. Elle n'a cessé, jusqu'à son dernier moment, de nous donner à tous les témoignages les plus consolants de son inépuisable tendresse".

Judith repose au cimetière de Doyssac.

 
Plaque ouest du monument

 

Ici reposent dans la paix du Seigneur
Charles Thérèse Achille

Judith Damaris Charlotte

de BOYSSON
de La VERRIE de VIVANS
Né à Cahors
Née à Doyssac
Le 27 juillet 1778
Le 16 mars 1778
Décédé à Doyssac
Décédée à Doyssac
Le 13 Mars 1855
Le 15 Octobre 1854

 

Mariés à Rampoux le 22 Novembre 1801. Ils vécurent ensemble plus de 50 ans donnant à tous l'exemple des plus grandes vertus religieuses et sociales et transmirent à leur fils la terre de Doyssac Patrimoine des Vivans.
Priez pour eux

 

 

frères et soeurs :  
 

enfants : Zélie, Marie et Amédée , Ulysse